Bonjour tout le monde,

Hier soir, nous avons pris le bus de nuit pour la ville de Paksé, au sud du Laos. Bon et bien, comme expérience, on a vécu mieux. Outre le côté inconfortable et sales des lits, les laotiens ne se sentent pas très concernés par le sommeil des autres. Si l'un d'entre eux avait besoin de lumière, il la faisait allumer par le chauffeur. En soit, elle a été allumée très souvent. Enfin, le chauffeur a du être pilote de formule 1 dans une autre vie, à tel point qu'on est arrivé avec 1h30 d'avance.

Nous voilà donc à 5h30 du matin dans les rues de Paksé. Nous avons pu voir le procession des moines (que nous n'avions pas pu faire à Luang Prabang parce que j'étais malade). Ils déambulent dans les rues (toujours le même parcours tous les jours) et permettent aux bouddistes de déposer leurs offrandes (nottament du riz collant) dans leur bol d'aumône.

20171114_061340

DSC_1090

 

 

 

 

 

Nous avons attendu 7h pour aller prendre un petit déjeuner dans une auberge de jeunesse qui ouvrait. Puis, direction l'agence de voyage Miss Noy. Elle est tenue par un belge et sa femme, et loue des motos. Nous avons enfourchés nos semi-automatiques pour aller faire la grande boucle du plateau des Bolovens, qui tient son nom de l'ethnie la plus présente sur le plateau, les Lovens.

20171114_114203

DSC_1107

20171114_093338

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On a commencé par une cascade. On a été suivi par un australien qui nous y a accompagné.

DSC_1105

20171114_110220

20171114_112205

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous nous sommes rendus dans une plantation de café où le guide nous a fait une visite instructive en français.

DSC_1115

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puis, nous avons posé nos valises (enfin, 2 petits sacs à dos) à Tad Lo, dans un petit coin de paradis. On y a recontré une belge (qui y vit) et un guide lao qui parle français. On en a appris un peu plus sur les laotiens. Ils sont de nature à ne pas trop se bouger. Ils peuvent rester toute une journée à ne rien faire, pas même ouvrir un livre (nous l'aviosn déjà constaté). Dans ces régions plus reculées des grandes villes, ils n'arrivent pas à envisager un avenir. Ils se bornent à "on a du riz pour demain matin, on est content". On souhaitait acheter des cahiers et des crayons pour une école en difficulté mais là on nous a dit que même si cela partait d'un bon sentiment, ils vivaient trop dans l'assistanat et que c'était cautionner cela en faisant ce geste. Ils pensent de nous que nous sommes des dollars sur pattes. Certains adultes pensent même que tout le monde naît asiatique mais qu'en ayant mis les pieds en Europe, nous sommes devenus blancs. Nous avons eu un peu de mal à croire à cela mais bon ...

Demain nous continueront notre excursion des environs de Tad Lao.